Les belles coloniales

13 Août 2017 , Rédigé par Marie Saunier Publié dans #Cuba

Trinidad

 

Omar s'est tellement bien occupé de nous, qu'il nous a réservé toutes les Casas jusqu'à la fin de notre séjour. Ca, c'est la classe! En espérant ne pas avoir de mauvaises surprises... Nous arrivons donc, après huit heures de car, à Trinidad de Cuba, chez une autre professeur que Omar semble connaitre.

Elvira est une personne très gentille, qui tout de suite adore les filles. Elle nous fournira d'ailleurs, gratuitement, un traitement antibiotique complet pour Albane qui est fiévreuse depuis quatre jours.

Trinidad est une vieille ville fondée par les producteurs de sucres au XVIIIème siècle. Notre première journée est consacrée à la visite de la ville en flânant vers la Plaza Mayor, autour de laquelle il y a quelques belles demeures coloniales, parfois transformées en Musées, que nous pouvons visiter.

Le deuxième jour sera journée plage,  à la Playa Ancon, moins belle que Cayos Jutias mais pas mal non plus. En tout cas, suffisante pour se rafraichir car la chaleur et l'humidité sont harassante.

Les belles colonialesLes belles colonialesLes belles coloniales
Les belles colonialesLes belles colonialesLes belles coloniales

Camaguey

 

Nous prenons maintenant la direction d'une nouvelle ville coloniale, Camagüey.

Après un long voyage de sept heures en bus, nous arrivons enfin. Un taxi envoyé par Myriam nous attend. Le chauffeur, un monsieur d'environ 70 ans, qui  a un accent à couper au couteau. J'ai beaucoup de mal à le comprendre, mais nous apprécions le mini tour de la ville qu'il nous fait faire. Notre Casa est toute proche du centre historique, et nous donnera l'occasion dès le lendemain de nous promener dans cette belle ville de Camagüey. Parsemée de nombreuses églises, elle possède beaucoup de charme et de nombreux bâtiments admirables.

Nous avons particulièrement aimé la plaza del Carmen et ses sculptures en bronze de Camagüeyanos dans leur vie quotidienne. Nous avons même eu la chance de discuter avec un vieux monsieur qui a servit de modèle en 2002 à la sculptrice Martha Jimenez, dont nous visiterons aussi l'atelier qui se trouve sur la place.

Les belles colonialesLes belles colonialesLes belles coloniales

Santiago des Cuba

 

Nous partons cette fois pour une aventure encore plus longue en bus. Partis à 5h du matin, nous arrivons à Santiago de Cuba après 8h de bus. Comme à chaque fois, un taxi nous attend, et c'est préférable ici. Nous logeons dans le vieux Santiago, dans le quartier de Tivoli plutôt calme et sans trop de circulation. Mais si l'on fait 200m, c'est un balai incessant de deux-roues.

Durant notre première journée, nous flânerons dans cette ville bien loin des belles citées coloniales précédentes. Bien que nous soyons dans le centre historique, il est difficile de trouver de quoi se restaurer, et nous devons faire 2 km avant le premier restaurant.

Comme nous ne trouvons rien de remarquable à Santiago et qu'il y fait une chaleur à mourir, pour notre deuxième journée, nous décidons de nous éloigner un peu de la ville. Nous partons à la recherche d'un taxi pour la journée. Un homme s'approche de nous, et nous commençons à discuter de ce que nous voudrions faire. Nous nous mettons d'accord. Une vielle Jeep de 1955 se gare alors prêt de la place. Un papi d'au moins 75 ans descend, c'est le père de l'homme avec qui nous avons discuté auparavant.

C'est parti pour une bonne heure de route jusqu'à la Gran Piedra, un caillou gigantesque posé au sommet d'une montagne et qui domine la mer des Caraïbes. Le temps de grimper jusqu'au caillou, de gouter à la fraicheur ambiante qui règne à 1200m d'altitude et les nuages encerclent le sommet. Nous aurons tout de même le temps de faire quelques photos de ce point de vue magnifique. Des italiens arrivés 5min après nous n'aurons pas cette chance...

Pour finir la journée, direction Siboney et sa plage. Nous arrivons peu de temps après sur une plage de sable grossier et cailloux et surtout envahie de familles cubaines (nous sommes dimanche!). Il faut aussi trouver un peu d'ombre et nous avons la chance de voir partir un groupe de Cubains protégés par l'ombre d'un cocotier. Mais nous serons vite rejoints par deux groupes de cubains. L'ambiance est joviale et musicale. On nous avait dit qu'il y avait beaucoup de musique à Cuba, mais c'est souvent une sorte de Rap espagnol, et surtout très fort. Nous avons passé un bon moment sur cette plage populaire.

Les belles colonialesLes belles colonialesLes belles coloniales
Les belles colonialesLes belles colonialesLes belles coloniales

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article